Archives mensuelles : janvier 2014

Transformation du soja en fromage : une ingéniosité des femmes au Bénin

Fromage de soja

Le soja est une légumineuse qui représente un excellent substitut protéique aux produits carnés moins accessibles. Pendant plusieurs années, il est utilisé sous plusieurs formes et préparation alimentaires : lait pour enfant, alimentation animale etc.

« Le soja est une légumineuse qui représente un excellent substitut protéique aux produits carnés moins accessibles. »

Grâce à l’ingéniosité des femmes, il est rentré ses dernières années dans les habitudes alimentaires de la population béninoise sous forme de fromage de soja. Ce produit agroalimentaire artisanal remplace valablement la viande, le poisson dans beaucoup de ménages au Bénin . Ainsi la culture du soja est en pleine expansion avec l’existence d’une politique nationale de promotion de la filière. De même plusieurs structures et organisations agricoles se sont engagées aussi dans la promotion du soja.

???????????????????????????????

Par ailleurs la production de fromage soja étant toujours artisanale avec un itinéraire technique trop complexe et pénible. ces femmes ingénieuses ne traitent malgré elle qu’en moyenne 12Kg/jour. La demande en fromage soja n’est donc pas totalement couverte  aussi bien quantitativement que qualitativement. En effet la procédure de fabrication artisanale ne tient pas toujours compte des normes hygiéniques, ce qui met en question la qualité du produit.

« Ces femmes ingénieuses ne traitent malgré elle qu’en moyenne 12Kg/jour »

???????????????????????????????

L’élaboration de nouveaux itinéraires techniques plus rapides, la mécanisation de la production permettraient non seulement de couvrir quantitativement le marché national mais aussi de respecter les normes en matière de contrôle de la qualité du produit.

« la mécanisation de la production permettraient de couvrir quantitativement le marché national »

Préparation du fromage de soja

Publicités

La transformation artisanale des noix brutes de cajou au Bénin : une main d’œuvre fortement féminine

anarcade

La production des noix de cajou occupe une place importante dans l’économie béninoise . Elle peut être estimée à 45000 Tonnes de noix d’anarcade par an dont moins de 5% sont transformés localement . La capacité de transformation est donc environ 1.730 tonnes par an. On enregistre une faible valorisation de la production exportée à l’état brute, la faiblesse de la transformation qui par surcroît est peu orientée vers l’exportation avec une prédominance de transformation locale dont 3% par les entreprises semi-industrielles et industrielles et 2% par les unités artisanales.

« La production des noix de cajou peut être estimée à 45000 Tonnes de noix d’anarcade par an dont moins de 5% sont transformés localement . »

Les transformatrices artisanales sont constituées des unités gérées par des femmes essentiellement, installées à proximité des centres urbains (Cotonou, Porto-Novo, Abomey, Parakou, Natitingou) qui constituent exclusivement leur marché.

Par ailleurs, ces transformatrices artisanales sont réparties en plusieurs unités individuelles ou en groupement mais non recensées. Leur capacité de transformation unitaire et globale reste très faible. La technologie assez rudimentaire aboutit à des amandes grillées et se présente comme suit :

1) grillage des noix brutes directement dans une casserole sur le feu,
2) décorticage des noix par brisure de la coque pour récupérer l’amande,
3) dé-pelliculage de l’amande et triage (amandes brisées et entières),
4) nettoyage des amandes,
5) conditionnement de toutes les amandes récupérées.

La main d’ œuvre est essentiellement féminine. Les produits, emballés dans de petits sachets plastiques ou en bouteille de whisky de récupération, sont mis en vente sur les places des marchés, dans les auto-gares, dans les feux tricolores et parfois dans les supermarchés.

Cependant, on relève plusieurs insuffisances sur la technologie et la qualité des amandes (brisées et brulées) qui ne les destinent qu’au marché local. Aussi, ces unités n’ont pas une capacité de stockage qui leur permet d’approvisionner le marché toute l’année.

« On note plusieurs insuffisances sur la technologie et la qualité des amandes (brisées et brûlées) qui ne les destinent qu’au marché local. »

anac

L’amélioration des procédés de transformation par l’introduction d’équipements artisanaux plus élaborés , l’amélioration du conditionnement des amandes , la formation et l’ assistance personnalisée à la maîtrise de l’hygiène alimentaire dans les unités, la  formation collective aux techniques de conservation des noix brutes et de transformation, l’étude de marché et le marketing des amandes sont des suggestions pour assurer la pérennité du produit au niveau local,  l’exportation et l’accès des noix de cajou transformés sur le marché internationale.

« L’amélioration des procédés de transformation, du conditionnement des amandes, les formations et l’ assistance personnalisée permettront d’assurer la pérennité du produit au niveau local. »