Transformation artisanale du lait frais de vache en fromage local peulh au Bénin

n

Connu sous le nom de waragashi, la transformation du lait frais de vache en fromage est une activité exclusivement féminine dont les femmes béninoises  détiennent le procédé depuis des lustres. En effet la technologie traditionnelle de transformation  du lait frais en fromage au Bénin furent l’œuvre des femmes béninoises d’ethnies peulh de la région nord du pays d’où l’appelation « fromage local peulh ».

Traditionnellement recueilli, au petit matin par les peulh (hommes), le lait de vache pour être mieux conservé est transformé en fromage par les femmes peulh. Le fromage obtenu peut être conserver durant des jours.  et sert de source de revenu au foyer peulh.

Assez apprécier des consommateurs, le fromage occupe la première place des produits laitiers consommés au Bénin et constitue aujourd’hui un produit de commerce aux femmes revendeuses des villes carrefour du bénin (Dassa, Panouignan, Parakou, Djougou etc.). Ce commerce est encore fleurissant dans les grands marchés en l’occurrence le marché international Dantokpa, le marché de Glazoué et le marché Arzékè de Parakou  où de nombreuses femmes en tirent leur revenu quotidien. Ainsi outre les femmes peulh détenteurs de la technologie traditionnelle de fabrication du fromage, le Bénin a connu d’autres catégories de fromagères qui  sont des femmes d’ethnie Bariba, Dendi, Wama. Ces femmes proches des femmes peulh se sont initiées chez ces dernières.

De nos jours, les fromagères sont répandues un peu partout dans le Bénin. Plus besoins de se rendre au nord du pays pour s’en procurer bien vrai que la zone nord demeure le lieu de forte production du fromage local peulh. Le nombre de fromagères, grossistes et revendeuses qui augmentent de jour en jour témoigne l’importance de cette activité pour la sécurité alimentaire de même que dans  l’économie et l’autonomisation financière des femmes béninoises .

Publicités

14 réponses à “Transformation artisanale du lait frais de vache en fromage local peulh au Bénin

  1. Savez-vous s’il existe dans nos régions des unités artisanales de fabrication du fromage avec le lait frais de chèvre comme matière première. Je sais que ce n’est pas dans nos habitudes alimentaires, mais il y a des possibilités de financement d’une étude dans ce sens.

    • Il y a bien sûr des unités artisanales de fabrication du fromage avec le lait frais de chèvre au Bénin. J’ai rencontré au centre du pays précisement à Dassa des femmes qui produisent du fromage à base du lait frais de chèvre. J’en ai consommer, j’y reproche rien, la qualité organoleptique est bonne.Je suis persuadée que très bientôt ce type de fromage fera partie de nos habitudes alimentaires, surtout que la taille du cheptel de chèvre au Bénin est supérieur au cheptel de bovin et le lait de vache seul ne permet plus de couvrir la demande en fromage.

      • @Marthe @Olga c’est vraiment très encourageant ce que vous annoncez là! Parce que l’impact écologique de l’élevage des caprins est moins important que celui des bovins, qui plus est que je me rappelle qu’un article sur ce blog soulignait bien l’intérêt économique des ménages à élever des chèvres. Deux éléments me plaisent dans vos réponses : la fabrication du fromage de chèvre est réelle au pays et peut acquérir des parts marché si on travaille bien le développement de toute la chaine de valeur en mettant au service de ce développement des résultats de recherche. Les champs de recherche sont ainsi ouverts… on a du travail!

  2. Il arrive des moments de l’année ou le lait de vache devient très rare. La période de soudure par exemple (Janvier à Avril). Le lait de vache est subtilement substitué ou habilement mélangé au lait en poudre du commerce surtout dans les grandes villes pour la fabrication du fromage peulh. Faut pas oublier aussi que le soja aussi sert à fabriquer ce type de fromage qui passe très bien dans les sauces aux légumes. Pense déjà à une émission Parole aux acteurs sur cette question aussi.

    • Effectivement il arrive des périodes où le lait devient rare et le fromage très chère. Je pense que ceci est dû d’une part à une saison non propice où les bovins sont sujets de plusieurs pathologies tel que le trypanosome et d’autres maladies qui baissent la production laitière de la vache. D’autre part ceci est dû à la réduction du cheptel bovins au Bénin. Il faudrait donc encourager l’élevage des gros ruminants afin d’assurer nos besoins en lait de vache. Je pense que c’est dans ce sens que s’inscrit le projet national PAFILAV ( Projet d’Appui pour la Filière Lait et Viande).

  3. Quelle créativité!
    merci à toi de me faire découvrir les différents domaines agricoles dans lesquelles les femmes s’investissent

  4. Olga Sogbohossou

    @Ariel: notre collègue Durand, a travaillé avec des producteurs de fromage de chèvre au Sud-Bénin mais je n’ai pas les détails.
    La production de fromage dans nos régions est tributaire d’une plante Calotropis procera fortement exploitée pour ses vertus coagulantes. Une production de fromage durable pour le marché local et l’exportation passe donc par une bonne maîtrise de la culture de l’espèce qui se raréfie, surtout en ville. Des recherches peuvent également être menées dans le sens de la diversification des espèces devant être utilisées à cette fin. Bref, cette filière est très prometteuse et il reste beaucoup à faire pour booster son développement. .

    • Merci Olga pour avoir tirer notre attention sur cette plante très utile pour la fabrication du fromage. Effectivement dans le processus de fabrication du fromage, quelques feuilles de Calotropis procera dans le lait permet sa coagualation rapide, permet de rendre le lait en boule. Calotropis procera est un coagulant végétal. Nos fromagères ont donc surexploité cette plante qui devient de plus en plus rare. En attendant que nos agronomes spécialistes en Botanique et Productions Végétales nous trouvent d’autres plantes non toxiques ayant la même vertu que notre Calotropis procera une campagne de culture de cette plante est nécessaire.

    • @Marthe @Olga c’est vraiment très encourageant ce que vous annoncez là! Parce que l’impact écologique de l’élevage des caprins est moins important que celui des bovins, qui plus est que je me rappelle qu’un article sur ce blog soulignait bien l’intérêt économique des ménages à élever des chèvres. Deux éléments me plaisent dans vos réponses : la fabrication du fromage de chèvre est réelle au pays et peut acquérir des parts marché si on travaille bien le développement de toute la chaine de valeur en mettant au service de ce développement des résultats de recherche. Les champs de recherche sont ainsi ouverts… on a du travail!

  5. cette pratique de fabrication du fromage est à encourager mais la grande question est liée à l’organisation de la chaîne de valeur qui prendra en compte le désire des consommateurs et surtout de veiller sur la santé des populations.car tout secteur est susceptible de truquage. il est donc impérieux d’identifier les vrais acteurs afin d’organiser la filière.

  6. L’organisation de la filière est importante si non je reproche rien à cette pratique de fabrication du fromage

  7. Bonjour,
    Je viens d’apprendre beaucoup de choses sur la production artisanale du fromage à base du lait de vache et de soja. Je vous en remercie.
    Pour une transformation moderne, je suis en mesure d’aider les producteurs à se procurer des machines de production.
    Je suis au +229.95.70.05.05 et au fbboko@yahoo.com
    Du courage à Mme Marthe MONTCHO pour les informations et le travail d’assistance et de soutien aux femmes béninoises.
    Bien de choses à tous.

  8. Bonjour,
    Je voudrais savoir comment conserver au réfrigérateur du fromage wagashi frais (c’est à dire non frit) sans que cela ne devienne amer. J’ai un véritable problème de conservation, étant hors du Bénin, je mets souvent le fromage frais au réfrigérateur mais au bout d’un certain temps, à partir de 4 jours ou plus, le fromage change de goût et devient amer ou parfois acide. Merci de m’aider à mieux les conserver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s