Gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs : promouvoir les champs fourragers

Pour raison de pâturage et d’alimentation du bétail, des affrontements violents voire meurtriers entre les éleveurs et les agriculteurs béninois sont monnaie courante. En effet ces conflits réguliers et sanglants sont occasionnés majoritairement par la divagation des animaux.

SAM_3506..
Les agriculteurs déplorent les dégâts causés par les troupeaux de bœufs ou de moutons sur les cultures et accusent les éleveurs. Ces derniers à leur tour accusent également les agriculteurs d’empoisonner leur cheptel.

Face à cette situation désastreuse qui entrave le développement agricole et rural dans nos communautés, il s’avère très important de mener des initiatives pour instaurer un climat de paix entre agriculteurs et éleveurs. Ainsi la promotion des champs fourragers constitue la solution idéale.

L’installation des parcelles fourragères permettrait d’éviter la divagation des animaux, source de conflits entre agriculteurs et éleveurs. Par ailleurs, l’installation de parcelles fourragères présente beaucoup d’avantage et participe à la rentabilité de l’élevage.

SAM_3535Elle permet de :

  •  Bien nourrir l’animal, maitriser la ration de l’animal et d’adopter un bon mode d’élevage ;
  •  Suivre l’état sanitaire de l’animal. En effet avec la divagation , les animaux sont exposés à beaucoup de dangers. Ils avalent des sachets, des mangues et consomment ce qu’ils ne devraient pas et sont sujets de beaucoup de pathologies.
  • Construire un bon abri pour l’animal et de contribuer à leur bien être.

L’installation de culture fourragère participe à une bonne gestion du troupeau en facilitant l’alimentation du bétail et favorise le suivi sanitaire des animaux. Aussi l’éleveur est contraint de construire un abri pour ces animaux.Tout ceci permet d’éviter la divagation qui est source de conflit et de contamination de maladies sans oublier les cas de vol.

SAM_3500

Comme fourrages, nous avons par exemple le Panicum c1 qui est un fourrage (de la famille des graminées) bien appété par les petits ruminants et de culture aisée ; aussi, le Moringa oleiféra , le Gliricyda cépium (toutes des légumineuses) sont facilement cultivés surtout par bouture ou par graine et sont bien appréciés des animaux.Ces légumineuses servent surtout de clôture (palissade) pour les maisons de campagne.

Publicités

Une réponse à “Gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs : promouvoir les champs fourragers

  1. HOUNWANOU Richard

    Oui, la promotion des cultures fourragères pour l’alimentation du bétail contribuera beaucoup à réduire les conflits entre éleveur et agriculteur. La divagation sera considérablement réduite et les cas de maladies et de vol seront limités. Les éleveurs prendront conscience du coût de production de leur élevage car ils seront contraints de construire un abris, d’apporter un complément alimentaire et mieux suivre l’état sanitaire du cheptel. elle permettra surtout de maitriser les maladies contagieuses comme la Peste des Petits Ruminants et bien d’autres qui décime les troupeaux chaque année. Courage a ceux qui s’y investissent!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s