Archives de Catégorie: Femme créative en milieu rural

Bilan de 2 ans de passion

IMG-20151029-WA0061Les femmes, forces motrices du développement agricole et rurale au Bénin https://agricultureaufeminin.wordpress.com/2013/10/29/les-femmes-forces-motrices-du-developpement-agricole-et-rurale-au-benin/ , ce premier billet de blog qui marque à la fois le début de notre aventure et notre engagement pour le développement agricole fut publié le 29 Octobre 2013.  Notre blog a 2ans. Il est donc important que nous fassions le bilan afin de mieux travailler pour l’atteinte de nos objectifs :

  • La participation active des femmes et des jeunes au développement agricole et rural
  • L’augmentation du nombre de jeunes et de femmes agro-entrepreneurs
  • La promotion des innovations agricoles

Ensemble nous avons commencé, le chemin parcouru est long mais il reste encore beaucoup à faire. Je compte sur vos suggestions.

Quelle appréciation faites vous ?

Je reste ouverte à toutes  vos remarques et suggestions pour mieux impacter à travers ce blog et pour l’atteinte de notre objectif commune, le développement agricole.

IMG-20151029-WA0062

Publicités

Célébration de la journée internationale de la femme 8 Mars 2015 avec les femmes du secteur agricole.

L’ONG FADER-BENIN (Femmes Agriculture Développement Rural) a célébré ce 8 Mars la journée internationale de la femme (8 Mars 2015) avec les femmes du secteur agricole. L’événement s’est tenu dans la salle de conférence de l’arrondissement de Houègbo, département de l’Atlantique (Bénin).

IMG_20150308_160540Cette journée a été non seulement une journée festive mais aussi une journée de réflexion. Placée sous le pour thème « autonomisation des femmes rurales pour assurer la sécurité alimentaire et la prospérité », elle a permis de braquer les feux de l’actualité sur les défis et les difficultés d’accès des femmes aux facteurs de productions agricoles (terre, crédit agricole, équipements et machines agricoles, formations et renforcement des compétences en agriculture).
femme 55
Au terme des réflexions les solutions énumérées pour l’autonomisation des femmes rurales sont entre autres :
La promotion des groupements féminins agricoles ;
L’accompagnement des femmes en formations et conseils agricoles ;
Le développement des chaines de valeurs agricoles et
L’accès au marché par les technologies de l’information et de la communication
FEMM 1
Femme 2Tout ceci contribuerait au développement agricole et à la sécurité alimentaire. Et par-dessus tout donner du crédit agricole aux femmes rurales, leur équiper en matériaux agricoles sont des atouts pour leurs autonomisation. Par exemple un moto-presse donne un meilleur rendement, et pourtant les femmes continuent d’extraire l’huile rouge de palme difficilement avec des procédés artisanales fautes de moyens.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAUne machine pourrait permettre une transformation industrielle du manioc en en gari et pourtant pour faute de moyen les femmes continuent de transformer manuellement et péniblement le manioc en gari.

Photo0387Pour Ingénieur Agronome Marthe MONTCHO, coordinatrice de l’ONG FADER-BENIN , plus de 80% des femmes rurales au Bénin exercent des activités agricoles avec beaucoup de difficultés. Il est claire que leurs accès aux facteurs de productions agricoles, terre, crédits agricoles, formations… boostera le développement agricole avec une garantie de sécurité alimentaire.
IMG_20150308_121339«Je reste convaincue que les femmes demeurent la force motrice du développement agricole et rurale au Bénin. Faciliter l’accès des femmes aux facteurs de production agricole, c’est faciliter le développement agricole, la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté et la prospérité de tout un pays. » Précise la coordinatrice de FADER-BENIN.
Réjouissance, danse ont clôturées cette belle célébration de la journée internationale de la femme 8 Mars 2015 avec les femmes du secteur agricole.

IMG_20150308_155948

#Ubunifu 2014 : Renforcer l’application effective des principes d’intégrité au sein de la jeunesse pour l’innovation et le développement en Afrique

Mart3D’origine swahili  (langue nationale couramment parlée au Kenya), le mot Ubunifu en français désigne innovation . Organisé par l’agence PNU pour le développement et avec le soutien de la Présidence de Kenya, l’organisation Transparence Internationale et  le réseau InfoNet, #Ubunifu 2014 a regroupé 50 jeunes professionnels engagés dans le secteur public, privé entrepreneurs ou des militants des droits de l’homme, et ressortissant de nombreux pays, bien au delà du Continent africain.

Lire la suite

Marthe MONTCHO, First Prize Winner Yobloco Awards « Youth in Agriculture Blogs Competition »

SAM_0258

The prize giving gala took place  (July 17th) in Nairobi (Kenya) immediately after the end of the Fin4ag conference organized by the Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation (CTA), in partnership with many other organizations such as Afraca (the African rural and agricultural credit association).

Check out the winners: http://www.yobloco.info/news/winners

IMG_7815N

 

 

 

Femme créative, entreprenante et leader en zone rurale

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A la découverte de Mme Laure Nanoukon

Directrice de la ferme agricole « Nanoukon » et présidente du groupement des rizicultrices de la commune de Zè située au Sud du Bénin, Laure Nanoukon a accepté livrer dans cette interview les secrets de la femme leader rurale.

Femme Agriculture et Développement Rural  : Présentez-nous votre ferme agricole.

Nanoukon Laure : La ferme agricole « Nanoukon » est une entreprise agricole créée en 2008. Elle couvre une superficie de 15 hectares et un bas-fond étendu sur 8 hectares exploités pour la riziculture. Nos principaux activités sont : la production du mais, la riziculture, le maraîchage dans le compte de la production végétale. En ce qui concerne l’élevage, nos principales spéculations sont : la pisciculture, la cuniculture, l’élevage des petits ruminants et l’élevage des canards. Nous produisons aussi des palmiers à huile (palmiers sélectionnés) avec un rendement de 200 Litres d’huiles rouges par mois.

Vous faites aujourd’hui une brillante carrière dans le domaine agricole, quelle est votre formation de base et comment avez-vous commencé ?

Depuis mon enfance, je suis une passionnée de l’agriculture. C’était vraiment un plaisir pour moi de participer aux travaux champêtres, de conduire l’élevage des animaux. Une fois inscrite à l’école, mes parents n’en doutaient pas, j’étais partir pour faire plus tard carrière dans l’agronomie. Malheureusement le Baccalauréat ne m’a jamais sourire. Je me suis inscrite alors dans un centre de formation agricole  de la place (Centre Songhaï) où j’ai suivi une formation de 4 ans en agronomie.

A votre avis une entreprise agricole est t- elle rentable ?

J’emploie sur ma ferme une dizaine d’ouvriers et jusqu’à présent ma production ne couvre pas encore la demande. Que ce soit en pisciculture, cuniculture, maraîchage et toutes les autres spéculations, nous écoulons nos produits aussitôt produits et nous faisons de bonnes recettes.

Entant que présidente du groupement des rizicultrices de votre village, quelle est votre conception de la femme leader en milieu rural ?

En général le leader est une personne qui a au préalable une certaine compétence, s’engage à mettre en pratique ses compétences avec la bonne collaboration d’une équipe ou d’un groupe dans le but d’accomplir une tâche ou d’atteindre un objectif. En milieu rural, une femme leader est une femme modèle, créative, motivée qui mobilise les autres femmes ou hommes, partage sa vision et ses expériences avec eux, les sensibilise aux bonnes pratiques dans le but d’améliorer leur condition de vie, leur situation économique et enfin le développement local.

A votre avis, qu’est ce qui explique le déficit de femmes leaders en milieu rural au Bénin ?

Il est important de reconnaitre d’abord qu’en ce qui concerne la participation des femmes aux activités agricoles au Bénin, le rôle de la femme n’est plus à démontrer. Deux causes principales expliquent le déficit de femmes rurales leaders. Je souligne premièrement les facteurs socioculturels, les réticences qui freinent l’accès des filles et des femmes à l’éducation et à l’information et donc au leadership. Après cette cause liée aux us et coutumes, il faut noter que le manque de confiance en soi ; la crainte de prendre des responsabilités ; la crainte de mal faire, d’être critiquée, de parler en public, la timidité…limitent certaines femmes à devenir leader malgré leurs compétences. Par ailleurs, le déficit de femmes leaders en milieu rural peut être due aussi à des facteurs économiques. L’autonomie financière des femmes est également essentielle pour permettre à la femme de gagner confiance en elle et d’atteindre des postes à responsabilités. Pour émerger comme leader féminine, il faut d’abord être autonome au plan financier. Une femme économiquement autonome a plus confiance en elle-même, elle améliore sa confiance, elle va oser prendre des initiatives, donner son point de vue, etc.

Que pensez vous de l’approche genre dans les Organisations Paysannes (OP), faut-il imposer des quotas quantitatifs et /ou qualitatifs de représentantes féminines dans les instances des OP ?

A mon avis, les quotas sont un moyen utile pour augmenter de façon assurée la participation des femmes aux instances des OP, mais ce système d’imposition des quotas risque de se révéler dévastateur si la femme placée comme leader n’a pas les compétences et les capacités pour le poste qu’on lui confie.

En quatre mots, quelles sont selon vous les qualités d’un leader ? Confiance – Ingéniosité – Courage – Créativité.

Un message à l’endroit des femmes rurales

Femme rurale, ma sœur battante, je ne doute pas de tes potentialités. Tout ce qui te manque c’est de la volonté, décide toi maintenant et plus jamais on assimilera la femme rurale à la pauvreté, l’ignorance et victimes de toutes les souffrances d’une société. Bats-toi pour ton autonomie et sache ceci : l’autonomie peut débuter par l’auto-emploi. Les femmes doivent aller au-delà de la notion de travailler pour d’autres personnes et commencer à travailler pour elles-mêmes. Par ailleurs, créer une entreprise contribuera à créer de nouveaux emplois et à renforcer la position d’autres femmes.

Intégration des femmes dans la filière néré au Bénin : transformation des noix de néré en moutarde locale

Moulure des graines de néré traités

Communément appelé « afitin » au Bénin, la moutarde béninoise est fabriquée à base de graines de néré fermentées. Ainsi « afitin » est un produit agroalimentaire traditionnel au Bénin. Il est très apprécié des populations. Cette activité de transformation agroalimentaire des noix de néré en moutarde constitue une ingéniosité des femmes d’ethnie fons. Ainsi la région Sud-Bénin particulièrement Abomey-Bohicon est le siège de cette activité qui s’inscrit aussi bien dans la sécurité alimentaire que dans l’autonomisation financière des femmes transformatrice de noix de néré.

«La transformation agroalimentaire des noix de néré en moutarde constitue une ingéniosité des femmes d’ethnie fons. cette activité s’inscrit aussi bien dans la sécurité alimentaire que dans l’autonomisation financière des femmes transformatrice de noix de néré.»

Traitement des graines de néré

Par ailleurs, malgré la professionnalité et la maitrise de la transformation des graines de néré, ce produit tend de nos jours à perdre sa qualité originale qui a duré des générations. Depuis quelques années, l’afitin original, produit exclusivement à base de graines de néré cède sa place progressivement et nous avons sur le marché un nouveau produit : l’afitin fon à base de graines de néré et de soja. En effet la cherté des graines de néré oblige les productrices à introduire une denrée alimentaire (le soja) moins chère à la graine de néré dans la préparation de la moutarde, ceci dans le but de rentabiliser la production.

«La cherté des graines de néré oblige les productrices à introduire une denrée alimentaire (le soja) moins chère à la graine de néré dans la préparation de la moutarde, ceci dans le but de rentabiliser la production.»

Traitement des graines de néré

Le Néré, étant une espèce qui disparaît sous le poids de l’âge, ou sous l’effet de fortes exploitations, il urge qu’une campagne de production de néré soit faite pour qu’on n’assiste pas à la rareté de l’espèce et la disparition totale de notre « afitin » original.

Il urge qu’une campagne de production de néré soit faite pour qu’on n’assiste pas à la rareté de l’espèce et la disparition totale de notre « afitin » original.

Moutarde emballée

Les femmes, forces motrices du développement agricole et rurale au Bénin

marthe

Au Bénin, comme la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, l’agriculture est une source majeure de croissance économique. Elle participe à plus de 40% du PIB et représente la principale activité génératrice de revenues pour 70 à 80% de la population rurale (homme et femme confondus).

En effet la femme rurale béninoise joue un rôle crucial dans la production agricole malgré ses multiples tâches d’épouses et mères. Elles constituent une part considérable de la main d’œuvre agricole, soit près de 90%. Par ailleurs, exploitées comme ouvrières, très peu d’entre elles sont chefs d’exploitations agricoles. Elles travaillent toute la journée dans des champs sur lesquels elles n’ont aucun contrôle. Elles sont présentes à tous les stades de la production vivrière : désherbage, labour, culture, récolte…Elles permettent à de nombreuses régions de se nourrir, mais leur labeur n’est pas reconnu, il est particulièrement mal payé. Ainsi de part leur travail, les femmes rurales béninoises sont inévitablement les principaux agents de la sécurité alimentaire, du bien être de leurs familles, de leurs communautés et des économies locales et nationales. Mais force est de constater que les femmes dans leur élan d’exploiter tout leur potentiel et de jouer pleinement leurs rôles d’actrices du développement rural parviennent à leur but. Elles sont confrontées à beaucoup de difficultés. Au nom de ces difficultés, nous avons : les difficultés d’accès aux facteurs de productions agricoles notamment les difficultés d’accès légitime à la terre, à l’éducation, aux formations, aux services financiers, à la technologie etc.

Il urge donc que des mesures idoines soient prises pour donner à la femme rurale béninoise la possibilité de s’affirmer et cela passe par : l’amélioration de l’accès des femmes aux ressources productives, telles que la terre, le crédit et les technologies et le renforcement des capacités des femmes rurales par l’organisation des modules de formation en divers spéculation agricole etc. En somme, l’autonomisation des femmes en milieu rural permettra d’accroitre la production agricole et parallèlement le développement rural et la sécurité alimentaire au Bénin.