Sucess story d’une femme dans l’agro-industrie au Bénin : émergence de l’entreprise Freshy Bénin

fRESHY » En novembre 2012, j’ai fait ma première production de jus de fruits avec 5000 FCFA pour achat de bouteilles, de capsules, et de la poudre de baobab. Tous les équipements, je les louais.Actuellement, l’entreprise Freshy Bénin a une production de 550 packs de 24 bouteilles par mois pour les jus de fruits toutes saveurs confondues. Et  600 bocaux  de purées de noix par mois . L’agrobusiness est  bien rentable juste que le début est difficile. il faut persévérer. » Fresnellia SAGBO , Microbiologiste et Technologue Alimentaires, agro-entrepreneur, responsable et directrice général de l’entreprise agroalimentaire Freshy Bénin.

fRESHY 2L’entreprise agroalimentaire Freshy Bénin tient son nom de celui de sa promotrice  Fresnellia et aussi de la qualité  frais et naturel des produits. Elle est  spécialisé dans  la production des purées de noix de palme et des boissons à base de fruits . Au titre des boissons Freshy , nous avons les cocktails et les jus purs de fruits. Il s’agit de Ananas-Baobab ; Ananas-Pastèque, Ananas-Bissap, Ananas-Mangue ; Baobab pur, Pastèque pure, Mangue pure et Ananas pur. L’ananas est utilisé dans tous les cocktails pour éviter l’utilisation du sucre.

Les purées de noix de palme Freshy sont destinées à la préparation de sauce graine communément appelée « Dénusunu » en fon/Bénin.  C’est à cause de la fastidieuse préparation, cette sauce graine n’est pas consommée tout le temps. Les purées de palme sont proposées par Freshy Bénin  pour permettre à  la population d’avoir la sauce graine à tout moment. Elles existent actuellement en 02 contenances de 300g et de 450g.

Freshy Benin

Au delà du slogan « Freshy, le naturel au quotidien » , les produits de marque Freshy révèle de l’innovation. Pour la responsable de l’entreprise agroalimentaire Freshy Bénin,  pour réussir dans l’entrepreneuriat agricole, il faut:

  • avoir une idée innovatrice dans ce qu’on aime faire (ne pas dire c’est cette affaire qui marche actuellement et s’y mettre)
  • Cette idée innovante doit résoudre un problème de la société
  • Faire l’étude du marché
  • Prendre le risque pour démarrer même à moindre coût
  • être passionné par cela
  • être beaucoup patient
  • prier sérieusement pour la prospérité de l’activité

 «  Et quand on est femme entrepreneure, il est important de savoir que la femme entrepreneur est celle qui a plusieurs mains, qui fait beaucoup de chose à la fois, foyer, mari enfant, personnel de l’entreprise, les clients, les fournisseurs » ajoute Fresnéllia SAGBO , la promotrice de l’entreprise  agroalimentaire Freshy Bénin.

fRESHY 3

f4

Consommez les boissons Freshy , c’est consommez nature pour une santé parfaite!

Consommez les purées de noix de palme Freshy, c’est gagnez du temps dans la préparation de la sauce graine sans salir sa vaisselle.

Consommez les produits Freshy sans modération. Freshy, le naturel au quotidien.

Freshy Bénin , c’est l’une des plus grandes industrie agroalimentaire dans la sous-région West- Africa d’ici l’an 2020

Bilan de 2 ans de passion

IMG-20151029-WA0061Les femmes, forces motrices du développement agricole et rurale au Bénin https://agricultureaufeminin.wordpress.com/2013/10/29/les-femmes-forces-motrices-du-developpement-agricole-et-rurale-au-benin/ , ce premier billet de blog qui marque à la fois le début de notre aventure et notre engagement pour le développement agricole fut publié le 29 Octobre 2013.  Notre blog a 2ans. Il est donc important que nous fassions le bilan afin de mieux travailler pour l’atteinte de nos objectifs :

  • La participation active des femmes et des jeunes au développement agricole et rural
  • L’augmentation du nombre de jeunes et de femmes agro-entrepreneurs
  • La promotion des innovations agricoles

Ensemble nous avons commencé, le chemin parcouru est long mais il reste encore beaucoup à faire. Je compte sur vos suggestions.

Quelle appréciation faites vous ?

Je reste ouverte à toutes  vos remarques et suggestions pour mieux impacter à travers ce blog et pour l’atteinte de notre objectif commune, le développement agricole.

IMG-20151029-WA0062

Célébration de l’Entrepreneuriat Féminin: Inauguration du Centre Natural Bengo

BLOGLe centre Natural Bengo est un centre de vente des produits agroalimentaires et autres produits  fabriqués par les jeunes femmes entrepreneures du Bénin et du Togo. L’appelation « Bengo » est issu des deux noms Bénin et Togo.Il a été inauguré ce samedi 10 Octobre 2015 à Lomé en présence de son Excellence l’ambassadeur des USA au Togo, les chargés des affaires publiques des ambassades des USA au Bénin et au Togo ; la Directrice de la maison de TV5 Monde au Togo et plusieurs  autorités des deux républiques du Togo  et Bénin. Le centre est sis au cœur de la ville de Lomé.

blog2L’idée de la création d’un tel centre est née lors de la formation #BEICW (Binational Economic Independence Course for Women ) organisée par les ambassades des États- Unies d’Amérique auprès du Bénin et du Togo à l’endroit des  femmes entrepreneures des deux pays Bénin et Togo. Cette formation qui s’est déroulée de 02 au  08 Août 2015 avait  regroupé 100 jeunes femmes entrepreneures  des deux pays évoluant dans des secteurs d’activités divers et diversifiés.

Au centre Natural Bengo, vous avez une  appréciation de  l’ingéniosité des jeunes femmes entrepreneures du Bénin et du Togo.

BLOG11Au Centre Natural Bengo , vous découvrirez  divers  produits agroalimentaires et d’autres produits locaux propre aux deux pays. Vous avez des produits spéciaux et très intéressants à base de maïs ; du fonio ;  du riz , du millet ; du noix de palme etc. Vous avez aussi des produits laitiers ; des jus de fruits; des liqueurs et apéritifs fabriqués à base des fruits et tubercules locaux; des divers huiles essentielles…

Faites un tour au Centre Natural Bengo, c’est célébrer l’Entrepreneuriat féminin !

BLOG 12

Zoom sur les jeunes femmes dans l’agroalimentaire au Bénin : A la rencontre de Mme Euphrasie DASSOUNDO, promotrice de la purée de tomate “ Xpress tomate“

Malgré les pressions sociales et économiques dont elles sont victimes, il existe de braves femmes, chefs d’entreprise agroalimentaire qui font leur chemin dans un secteur fortement masculinisé qui connaisse souvent les femmes comme ouvrières et non chefs d’entreprise. A la rencontre d’une des dames émergentes dans le secteur de l’agroalimentaire au Bénin.

IMG-20150930-WA0012 (1)«  En 2012, quand j’ai démarré mon entreprise petitement sous l’effet du chômage, je transformais un panier de 40 Kilogrammes de tomate par jour. Aujourd’hui l’entreprise agroalimentaire  Xpress tomatetransforme plus de cinquante paniers de tomate de 40 Kilogrammes par jour. Aux jeunes et femmes agro-entrepreneurs qui hésitent encore, je vous prie de croire fortement en votre projet et n’abandonner pas aux premiers obstacles.»  Mme Euphrasie DASSOUNDO

Pourquoi “ Xpress tomate“ ?

Le nom “ Xpress tomate“ pour traduire cuisine express. Nos produits sont précuits et peuvent être directement consommé.

Quelle est la particularité de “ Xpress tomate“ ?

J’aime le naturel et ma première motivation est le naturel. La particularité de “ Xpress tomate“ repose sur la fabrication naturelle des conserves. Le goût des nutriments restent intacts. “ Xpress tomate“ est la purée de tomate bio et naturelle. De plus sur toute la chaine de transformation nous n’utilisons pas d’additif chimique. “Xpress tomate“ est  conservé à partir d’une méthode de conservation naturelle : la pasteurisation. 

Décrivez-nous brièvement votre entreprise “Xpress tomate“ ?

“Xpress tomate“, c’est 500 conserves de purée de tomate “ Xpress tomate“ produits par jour et livré sur le marché.

“Xpress tomate“, c’est une vingtaine d’employés très dynamiques et motivés.

Entant que femme chef d’entreprise, quels sont les difficultés que vous rencontrez ?

Les difficultés que je rencontre entant que femme entrepreneur sont d’ordre social. Aussi il n’y a pas un vrai accompagnement pour l’entrepreneuriat du secteur agricole et agroalimentaire au Bénin.  Les services financiers ont encore de la réticence à octroyer des prêts pour ce secteur d’activité.

Comment imaginez-vous votre entreprise dans 5 ans ?

Dans 5 ans “Xpress tomate“ sera dans le quotidien de tous les ménages au Bénin et au delà de nos frontières.

Votre mot de fin

Découvrez “Xpress tomate“, c’est l’adopter dans vos cuisine. Je vous invite à le découvrir enfin !

Tomate et personne

Campagne de mobilisation contre le changement climatique

MGR3Pour permettre d’examiner les défis du développement durable dans le contexte de l’après 2015, tout en maintenant l’accent sur le changement climatique et les débats autour de la 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) , le Réseau des Jeunes et Femmes Entrepreneurs (REJEUFEA) organise un atelier de réflexion sur le thème : «Les jeunes agro-entrepreneurs du Bénin face au défi changement climatiques ».

En effet la relation entre changements climatiques et agriculture est à double sens : l’agriculture contribue à maints égards aux changements climatiques, et les changements climatiques ont généralement des répercussions négatives sur l’agriculture. L’agriculture est extrêmement sensible au changement climatique. Des températures plus élevées diminuent les rendements des cultures utiles tout en entrainant une prolifération des mauvaises herbes et des parasites. La modification des régimes de précipitations augmente la probabilité de mauvaises récoltes à court terme et d’une baisse de la production à long terme. D’où l’importance de cette journée de réflexion dont l’objectif est de:

  • Encourager les agriculteurs à adopter des pratiques intelligentes face au climat;
  • Promouvoir les pratiques endogènes et culturelles utilisés utilisé par les agriculteurs béninois pour réduire les manifestations du changement climatique et son impact sur le rendement agricole;
  • Investir dans la recherche de cultures locales et placer l’agriculture au centre des négociations sur le changement climatique.

« Le changement climatique reste encore une problématique liée à la jeunesse béninoise fortement engagée ces dernières années dans l’entreprenariat agricole. Nous comptons discuter et trouver ensemble des solutions durable et recommandations afin de faire face à ce défi de la jeunesse. »

Alimentation des petits ruminants en saison sèche

20150528_085720En Afrique, notamment en Afrique de l’ouest, les petits ruminants sont considérés principalement comme des sources de viande et de produits à base de viande.

Ces animaux sont élevés exclusivement pour leur viande, offrant une réserve financière flexible pour les populations rurales et jouant un rôle social et culturel important.

Cependant avec les aléas climatiques, nous avons les périodes de sécheresse parfois longues que d’habitude. Ceci entraine l’assèchement des fourrages qui perdent quantitativement et qualitativement leurs valeurs nutritives. Il se trouve donc que l’un des principaux freins au développement de l’élevage des petits ruminants est l’alimentation du troupeau, notamment en saison sèche.

Pour remédier à cette situation et bien nourrir les ovins et caprins afin d’améliorer la productivité de leur cheptel , les éleveurs valorisent les résidus de récoltes et sous-produits agro-industriels dans l’alimentation de leurs animaux.

Toutefois l’alimentation des petits ruminants en saison sèche demeure un problème au Bénin.

blog Image

Défi de l’entrepreneuriat des jeunes dans le secteur agricole au Bénin

IMG-20150401-WA0004Sélectionné parmi les meilleurs jeunes entrepreneurs béninois à la compétition de plans d’affaires initiées par le gouvernement béninois dans le cadre du Projet de Compétitivité et de Croissance Intégrée (PCCI), Israël DOKO , jeune entrepreneur agricole, directeur de l’entreprise agricole « ferme agropastorale El-Elohé Israël », est sans doute un modèle pour la jeunesse béninoise. L’entrepreneur agricole nous parle dans cette interview de son engagement pour l’agrobusiness et le développement agricole.

Présentez nous votre exploitation agricole ?
Crée en Juillet 2013, la ferme Agro-pastorale « El-Elohé Israël » est située au Bénin, à 25km au nord de la ville de Parakou. Elle est située dans l’arrondissement de Sirarou, dans la commune de N’dali et se trouve à 500 mètres de la voie bitumée Parakou-Malanville. La superficie actuelle est de deux (02) hectare extensible.

Expliquez nous les opportunités et des atouts qui vous ont motivé à embrasser l’agro-business ?
L’agrobusiness parce que l’offre en produits agricoles ne couvre pas encore la demande. C’est un secteur potentiel d’emploi. Je me suis donc engagé et j’y gagne ma vie.

Quelles sont les types de productions que vous faites ?
La Ferme Agro-pastorale « El-Elohé Israël » est un complexe mixte d’agriculture – élevage. Elle dispose d’un atelier de cuniculture ;   l’aviculture moderne et le maraichage.

La Section cuniculture est l’activité principale de la ferme. Elle compte actuellement un bâtiment unique de 144m2 (24mx6m) qui abrite l’ensemble des animaux de cette section. On y dénombre actuellement soixante (60) mères et plus de deux trois cent (300) lapereaux en engraissement.

SAM_2276
Avec une bande de 1.000 têtes de poulettes, la section aviculture moderne vient combler le manque criard en œuf de consommation dans la commune de N’Dali et précisément dans l’arrondissement de Sirarou où l’aviculture n’était pas développé avant la création de la Ferme agro-pastorale « El-Elohé Israël ».

IMG-20150312-WA0010
Nos produits maraichers sont 100% bio. Nous n’utilisons pas de pesticides, ni d’engrais chimique. Dans une approche intégrée, les déjections et autres sous-produits issus de l’élevage et de l’abattage du lapin sont compostés puis utilisés comme bio-fertilisants. Ainsi, grâce à ce système de recyclage, nous produisons de la laitue, des carottes, des choux etc.

IMG_332643516639

Combien de personnels exploités vous aujourd’hui ?
Nous employons une dizaine de personnes et nous formons chaque année plus d’une cinquantaine de jeune à l’agro-business.

Parlez nous de vos recettes,  l’agrobusiness est il rentable ?
La capacité de production actuelle de la cuniculture est de 200-250 lapins livrés chaque mois. Le principale marché d’écoulement de notre production de lapin est constitué des poissonneries et supermarchés de la ville de Parakou. La viande habillée (carcasse de 01kg± 100g) y est acheminée pour congélation et vente aux particuliers qui l’apprécie très bien.

Marthe blog 2
Avant même la récolte, nous avons des commandes. Nos produits ne restent pas à la ferme. Nous n’arrivons même pas à couvrir la demande. Nous faisons de très bonnes recettes. L’agrobusiness est très rentable.

A votre avis pourquoi beaucoup de jeunes au Bénin sont ils réticents à s’investir dans l’agro-business ?
Beaucoup de jeunes béninois sont réticents à l’entreprenariat agricole et espère vainement les offres d’emplois bureaucratiques parce que beaucoup considèrent encore le métier d’agriculteur comme un métier sans prestige. Ils assimilent l’agriculture à la pauvreté alors que l’agriculteur contribue à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté. Il va falloir faire comprendre aux jeunes que l’agriculture est un secteur potentiel d’emploi.

Comment imaginez-vous votre entreprise d’ici 5 ans ?
Je vois la ferme agropastorale « El-Elohé Israël » nourrir le Bénin et même la sous région. Nous allons étendre notre superficie et produire abondamment. Nous arriverions à couvrir la demande en produits agricoles du Bénin et de la sous région.