Archives de Tag: Afrique Sub-Sahara

Comprendre la gouvernance foncière et l’accès des femmes aux ressources minières et les effets sur les moyens de subsistance en Afrique Sub-Sahara : ma visite à Keta Legon , Ghana

« Dans de nombreux pays, les groupes les plus vulnérables et marginalisés, dont les droits fonciers sont les plus menacés, sont aussi les plus démunis socialement et politiquement, et les cibles communes de la criminalisation, du harcèlement et de l’intimidation par les acteurs étatiques et non étatiques. »

 

L’autonomisation économique des femmes est essentielle pour s’assurer que les avantages du secteur des mines et des minéraux sont largement partagés par la société. Un marché en pleine croissance nombre de grandes sociétés minières reconnaissent maintenant qu’il est urgent d’investir dans les femmes, et elles voient les possibilités que ces investissements leur offriront générer pour leur entreprise. De nombreuses entreprises intègrent une dimension de genre dans leur stratégie, dans leurs opérations, tout au long du cycle de vie des projets et dans l’ensemble de l’organisation de leurs chaînes de valeur. Pourtant, l’ambition est encore loin d’être atteinte, et la collaboration intersectorielle nécessaire pour créer le changement pour les femmes impliquées et affectées par les opérations minières en Afrique subsaharienne.

Pour mieux comprendre la vie quotidienne des populations qui dépendent entièrement de la terre et de ses ressources naturelles pour survivre, je me suis rendu à Keta Lagoon (la lagune de Keta) en Août 2019 dans le but d’analyser différents aspects liés à la gouvernance foncière, au genre, aux moyens d’existence, aux conflits des petites exploitations minières et des grands investissements etc. La lagune de Keta, également appelée lagune d’Anlo-Keta, est la plus grande des plus de 90 lagunes qui couvrent les 550 km de la côte du Ghana. Cette lagune a une longueur de 126,13 km. Elle est située sur la côte Est du Ghana et séparée du Golfe de Guinée par une étroite bande de sable. Cette eau salée ouverte est entourée de plaines inondables et de mangroves. Ensemble, ils forment le site Ramsar de la lagune de Keta qui couvre 1200 km2.

Utilisation des terres et des ressources naturelles et effets sur les moyens d’existence

La lagune abrite différentes formes de vie et constitue donc une source importante de subsistance pour les populations qui vivent dans ses bassins versants et au-delà de la région. Les principales activités économiques soutenues par la lagune sont l’agriculture, la pêche et l’extraction du sel. Outre la pêche et l’agriculture, la lagune abrite des activités salines et vinicoles, en particulier pendant la saison sèche, lorsque le volume d’eau de la lagune diminue ou s’assèche. Autour de la lagune, sept communautés sont organisées pour l’exploitation du sel et d’autres ressources. Ces communautés le sont : (1) Dogbekope, (2) Afiadenyigba, (3) Tsavanya, (5) Tack-corner, (6) Sonto, (7) Kpedzakope. D’autres activités artisanales et de production de sel à petite échelle génèrent beaucoup d’emplois subalternes qui sont facilement accessibles aux personnes au sein des communautés, en particulier aux femmes. Ces tâches comprennent le transport du sel des bacs de cristallisation jusqu’aux différents locaux de stockage, l’iodation du sel, sa mise dans des sacs de marque et sa couture. Dans toutes ces activités, les femmes jouent un rôle de premier plan. Une autre dimension de la plus grande implication des femmes dans l’industrie du sel est le commerce local et international de ce produit. Il y a un nombre important de commerçantes qui achètent et agrégent le sel pour la vente dans les parties centrale et septentrionale du Ghana. Selon Mme Aminonononvi, une femme active dans l’extraction du sel et originaire du lagon de Keta : « Avant l’expropriation de cette ressource communautaire, l’exploitation du sel en une seule saison sèche générait beaucoup de revenus, nous permettant de subvenir aux besoins de notre famille et surtout de payer les frais de scolarité de nos enfants « . Malheureusement, avec l’expropriation de la lagune par le gouvernement ghanéens et l’installation des compagnies étrangère d’extraction du sel, les revenus ont considérablement diminué. Les moyens de subsistance des communautés ont été grandement compromis. Il est difficile pour elles d’instruire leurs enfants à l’école. Le gouvernement ghanéen doit intégrer la population autochtone dans la gestion transparente de la lagune. Il devrait donner quelques actions à la communauté locale en compensation de ses ressources Expropriés.