Archives de Tag: #Femmes rurales béninoises

Rôle du niébé dans la sécurité alimentaire et l’autonomisation financière des femmes rurales au Bénin

N1Légumineuse la plus cultivée au Bénin, le niébé (Vigna unguiculata (L.) est une culture clé pour les agriculteurs à faibles revenus et les femmes rurales dans les systèmes de subsistance agricoles car il se comporte bien dans la dotation en ressources faibles. Il constitue une source importante de revenu des paysans pauvres. La culture a un fort potentiel à la fois pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la réduction de la pauvreté rurale à cause de sa teneur élevée en protéines et la valeur de marché des céréales. Il se caractérise surtout par sa richesse en protéines (24-28%) et autres constituants comme l’eau 11%, les hydrates de carbone 56,8%, les lipides (1,3%), les fibres (3,9%), les cendres (3,6%), la vitamine A (32,42UI /100g), la vitamine D (26- 78,02ug/100g) et la vitamine E (3,07-5,07 mg/100g). les grains de niébé contiennent aussi du calcium (90mg/100g) du fer (6-7mg/100g), de l’acide nicotinique (2mg/100g), de la thiamine (0,9mg/100g). Mais il est pauvre en lysine.

N4Le niébé fournit une valeur énergétique de 342 calories par 100g de graines. Sa capacité à fixer de l’azote atmosphérique lui confère le rôle important de précédent cultural et du maintien de la fertilité des sols. En dehors de ces graines, les feuilles du niébé sont consommées comme légume par les hommes, et comme fourrage par le bétail. Le niébé sert aussi à la fabrication des colorants verts.

N2
Par ailleurs au Bénin, les femmes rurales utilisent le revenu issu du niébé pour l’approvisionnement en produits alimentaires ; la scolarisation des enfants (frais de scolarisation, l’achat des fournitures, de l’uniforme scolaire et en frais de transport de l’enfant.) et l’acquisition des équipements ménagers et agricoles.

N3
Vue l’importance et le rôle du niébé dans la sécurité alimentaire ; l’autonomisation de la femme rurale et la réduction de la pauvreté au Bénin , il est important de promouvoir et de former les agriculteurs en l’occurence les femmes rurales sur les technologies et les innovations nécessaire pour l’amélioration de la productivité du niébé au Bénin.

Publicités

Les agricultrices béninoises célèbrent l’année mondiale des légumineuses

Blog MartheLa soixante-huitième Assemblée générale des Nations unies a proclamé 2016 Année internationale des légumineuses. Ces cultures vivrières, telles que les lentilles, les haricots, les pois et les pois chiches constituent une part essentielle du panier alimentaire de base de nombreuses populations à travers le monde.

En outre, les légumineuses grâce à leurs rhizomes (petites boursouflures à l’extrémité des racines) sont des plantes dont les propriétés fixatrices d’azote peuvent contribuer à accroître la fertilité des sols et avoir des effets bénéfiques sur l’environnement. Les Nations unies ont déclaré d’ailleurs qu’elles sont conscientes que les légumineuses sont des plantes dont les propriétés de fixation de l’azote dans le sol contribuent à améliorer la fertilité des sols en dehors des apports en engrais chimiques.

L’Année internationale des légumineuses 2016 encouragera une meilleure utilisation des protéines à base de légumineuses tout le long de la chaîne alimentaire et visera à la fois à en augmenter la production à l’échelle mondiale, à améliorer la rotation des cultures et à relever les défis qui se posent dans le domaine des échanges commerciaux.

Au Bénin, les légumineuses ont été depuis des siècles la principale culture des communautés vulnérables. Ils permettent à la fois de traverser les périodes de soudure, d’assurer la sécurité alimentaire, l’autonomisation financière des femmes rurales et  la réduction de la pauvreté. Une série d’activités est prévue pour vous faire découvrir la filière des légumineuses au Bénin.

Les femmes rurales mettent un  coup de projecteur sur les légumineuses au Bénin… Restez désormais connectés pour en savoir de long en large !

logo_iyp-fr-high-horizontal