Archives de Tag: femmes rurales.

Les agricultrices béninoises célèbrent l’année mondiale des légumineuses

Blog MartheLa soixante-huitième Assemblée générale des Nations unies a proclamé 2016 Année internationale des légumineuses. Ces cultures vivrières, telles que les lentilles, les haricots, les pois et les pois chiches constituent une part essentielle du panier alimentaire de base de nombreuses populations à travers le monde.

En outre, les légumineuses grâce à leurs rhizomes (petites boursouflures à l’extrémité des racines) sont des plantes dont les propriétés fixatrices d’azote peuvent contribuer à accroître la fertilité des sols et avoir des effets bénéfiques sur l’environnement. Les Nations unies ont déclaré d’ailleurs qu’elles sont conscientes que les légumineuses sont des plantes dont les propriétés de fixation de l’azote dans le sol contribuent à améliorer la fertilité des sols en dehors des apports en engrais chimiques.

L’Année internationale des légumineuses 2016 encouragera une meilleure utilisation des protéines à base de légumineuses tout le long de la chaîne alimentaire et visera à la fois à en augmenter la production à l’échelle mondiale, à améliorer la rotation des cultures et à relever les défis qui se posent dans le domaine des échanges commerciaux.

Au Bénin, les légumineuses ont été depuis des siècles la principale culture des communautés vulnérables. Ils permettent à la fois de traverser les périodes de soudure, d’assurer la sécurité alimentaire, l’autonomisation financière des femmes rurales et  la réduction de la pauvreté. Une série d’activités est prévue pour vous faire découvrir la filière des légumineuses au Bénin.

Les femmes rurales mettent un  coup de projecteur sur les légumineuses au Bénin… Restez désormais connectés pour en savoir de long en large !

logo_iyp-fr-high-horizontal

Diagnostic de l’entreprenariat féminin dans le secteur agricole au Bénin

Photo0266L’entreprenariat féminin se définit comme la création et le développement d’entreprise par les femmes. Ce concept devrait donc être très important dans les programmes de développement de tous pays en voies de développement ou pays pauvres car la femme joue un rôle non négligeable dans la société en tant qu’opératrice incontournable dans la lutte contre la pauvreté. Ainsi il s’avère très important de s’intéresser à l’entreprenariat rural en particulier l’entreprenariat féminin dans le secteur agricole au Bénin. Ceci pour trois raisons fondamentales : sur le plan démographique les femmes sont plus nombreuses que les hommes, aussi on compte plus de femmes en milieu rural qu’en milieu urbain au Bénin et ces femmes exercent majoritairement des activités agricoles. Promouvoir l’entreprenariat féminin dans le secteur agricole contribuera donc inévitablement au développement agricole et à la réduction de la pauvreté au Bénin. Par ailleurs le développement de l’entreprenariat féminin constituera aussi une source de mobilisation des recettes de l’Etat et une augmentation du financement interne car beaucoup de femmes auront désormais une entreprise agricole reconnue et formelle.

Malheureusement, on compte très peu de femmes entrepreneures dans le secteur  agricole au Bénin. La majorité des femmes rurales travaillent comme ouvrières dans les exploitations agricoles. D’autre part, Elles mènent une agriculture de subsistance. Leurs productions visent plus l’autoconsommation, la survie de leurs ménages qu’une grande production, une entreprise agricole où la production est comprise comme une révolution verte qui propulse vers un développement agricole et un développement économique. Ainsi, c’est rare de voir une femme rurale s’engager dans entrepreneuriat agricole. Les femmes entrepreneures dans le secteur agricole au Bénin sont moins de 5% du nombre total de femmes exerçant dans l’agriculture. Ces entrepreneures agricoles sont majoritairement des femmes intellectuelles, des femmes agronomes, des femmes professionnelles exerçant dans un autre secteur d’activité. Elles sont pour la plupart des commerçantes, des opératrices économiques, fonctionnaires de l’administration publique, fonctionnaires à la retraite etc. Ainsi les femmes entreprenantes dans le secteur agricole au Bénin sont des femmes qui ont déjà une certaine autonomie financière. Elles ont pour la plupart au minimum 40 ans d’âge.

Nous constatons donc qu’il existe des difficultés qui limitent les femmes rurales à s’engager dans entreprenariat agricole. Au nombre de ces contraintes, nous avons :
– L’accès des femmes rurales à la terre qui est un facteur déterminant dans la production agricole : la femme n’hérite pas de la terre dans nos coutumes. Ceci constitue une pesanteur socioculturelle qui empêche d’une manière ou d’une autre le développement agricole au Bénin.
– L’Accès aux crédits agricoles : les banques demandent des garanties et surtout les propriétés foncières pour attribuer des crédits. Voilà qu’elles n’en disposent pas. Elles n’arrivent donc pas à accéder aux crédits agricoles.
– Le manque de moyens financiers pour l’achat des intrants agricoles (semences amélioré et engrais surtout). Ceci affecte considérablement leur rendement agricole.
– Le manque de formations et d’appui technique : les formations et sensibilisations sont faites uniquement en milieu urbain, elles ne sont pas souvent décentralisées pour concerner les villages. Ainsi ces formations touchent beaucoup plus les femmes intellectuelles, les femmes déjà entrepreneures que les femmes qui ont vraiment besoin de ces formations.

Pour le développement de l’entreprenariat des femmes dans le secteur agricole, il est nécessaire de donner du crédit aux femmes rurales. L’accès des femmes rurales au financement agricole participera certainement à l’augmentation de leur productivité agricole, au développement de l’agriculture commerciale et à plus de vison d’entreprenariat. Il est important aussi de faciliter l’accès des femmes à la terre et aux formations.