Archives de Tag: Réduction de la pauvreté

Importance de l’élevage dans la réduction de la pauvreté : cas de l’élevage des petits ruminants

L’élevage joue un rôle très important dans la lutte contre la pauvreté

SAM_2411Au Bénin, l’élevage a une grande importance économique et sociale  dans les zones rurales. Il joue un rôle très important dans la lutte contre la pauvreté. En effet l’élevage constitue une activité secondaire aux ménages ruraux d’agriculteurs de subsistance. Environ trois ménages agricoles sur quatre pratiquent l’élevage.

Les petits ruminants ont une valeur particulière pour les éleveurs pauvres

SAM_2250Comme pour la volaille,  les petits ruminants ont une valeur particulière pour les éleveurs pauvres en raison du faible coût de production, des courts intervalles entre les générations et surtout de la valeur (coût) de l’animal à la vente. Sur le plan socio-économique, l’élevage des petits ruminants constitue à la fois un capital et une épargne pour les ménages pauvres. Elle contribue à la formation du revenu et à la couverture des besoins vitaux  des ménages ruraux après la vente de l’animal. Les petits ruminants ne faisant pas objet d’interdit alimentaires, ni religieux, les éleveurs ne se tracasse pas à la vente. Pour beaucoup d’éleveurs de petits ruminants investigués, à part la période de  fête de tabaski et la période des fêtes de fin d’années où ils effectuent de grandes recettes,  ils vendent les animaux de façon occasionnelle, soit pour payer les frais de scolarité à leurs enfants, soit   pour payer les éventuels soins de santé aux membres de leurs familles.

Le développement de l’élevage des petits ruminants contribuera à la réduction de la pauvreté

L’élevage des petits ruminants occupant la majorité des ménages ruraux , Il est important d’y accordé plus d’attention. Ainsi une politique de promotion de l’élevage des petits ruminants prendra certainement en compte une part importante de la population rurale majoritairement pauvre. Enfin le développement de l’élevage des petits ruminants contribuera à la réduction de la pauvreté.

SAM_2906

La riziculture au Bénin, nouvelles tendances de réduction de la pauvreté et de sécurité alimentaire

nouveau

Le Bénin fait partie des pays de l’Afrique de l’Ouest qui dispose d’importantes ressources hydrauliques et hydro agricoles réparties sur toute l’étendue du territoire national. Le Bénin dispose donc d’un potentiel de plus de 322 000 ha de terres propices à la riziculture dont 205 000 ha de bas fonds et 117 000 ha de plaines inondables. Cette disponibilité de ressources favorable à la riziculture milite en faveur du développement  de la filière en pleine  progrès. On enregistre alors une forte exploitation avec une forte couverture  de la superficie d’exploitation qui passe de 7%  en 2010  à plus de 10% en 2013. La superficie totale occupée est environ 32.200 hectares. De même on dénombre chaque année une augmentation  de plus d’une centaine de producteurs. Ces derniers représentent la base de la pyramide de la filière rizicole au Bénin. A l’exception de quelques grands producteurs qui disposent de grandes exploitations, la majorité des exploitations seraient des micros exploitations mettant en valeur moins de trois hectares de superficies. Par ailleurs, on compte aussi plusieurs associations  ou groupements de producteurs.  Ces derniers produisent ensemble sur de grandes superficies et  partagent leurs bénéfices entre les membres à la fin de la campagne de production dès que  leur produit est vendu. Pour beaucoup de rizicultrices, le bénéfice obtenu après ventes participe à la scolarisation de leurs enfants et au-delà de çà, la production du riz leur permet maintenant d’avoir de bon comportement alimentaire. Pour Laure, présidente d’un groupement de rizicultrices à Sèdjè, commune de Zè, département de l’Atlantique, la production de riz est un atout pour la réduction de la pauvreté et la sécurité alimentaire.

Séchage du riz au soleil.

En outre, la faible qualité du riz local au riz importé demeure un problème important : toutes les chaines de productions du riz grain local ne sont pas compétitives par rapport à l’importation. Il est donc important d’améliorer la qualité du riz local par une amélioration des activités de post-récolte (battage, séchage, étuvage, décorticage conditionnement) pour plus de compétitivité et une forte consommation et préférence du riz local et tout ceci pour le bonheur des producteurs, la sécurité alimentaire et la croissance de l’économie nationale.