Autonomie financière des femmes grâce aux maraîchages

SAM_2573Financièrement autonome grâce aux activités maraîchères depuis 28 ans sur le site de maraîchage de Houéyiho (Cotonou, Bénin) et membre de la Coopérative des jardiniers de Houéyiho (CJH) de Cotonou, la soixantaine d’âge Madame HOUNADJA Jeanne nous relate sa carrière, sa passion.

Femme Agriculture Développement Rural : 28 ans de carrière et de fidélité à la terre, dites-nous pourquoi vous avez choisi le maraîchage comme activité économique principale? 

J’ai choisi le maraîchage comme activité économique principale parce que j’aime la terre et elle ne ment pas. Toute mon enfance et mon adolescence j’ai aidé mes parents dans le champ familial au village. Cultiver la terre, c’est ce que je sais le plus faire. Alors arrivée en ville et une fois après mon mariage, j’ai décidé de continuer mon métier d’agricultrice et la seule possibilité qui s’était offerte à moi était le maraîchage car les autres cultures (culture de céréales, tubercules etc.) ne se font pas en ville. Grâce à cette activité, j’assure une alimentation saine à ma famille, j’ai appuyé mon mari dans la scolarisation de nos enfants. Les récoltes dans le jardin se font en toute saison contrairement aux champs et les recettes sont presque quotidiennes. Je n’attends donc plus mon mari pour m’acheter un pagne ou pour me réaliser un projet.

Femme Agriculture Développement Rural : Au nombre de 54 femmes contre 354 hommes en 2004, le nombre d’acteurs sur le site de maraîchage est aujourd’hui de 6 femmes sur 402 hommes, à votre avis pourquoi beaucoup de femmes ont abandonné?

Les femmes croient au maraîchage mais l’absence d’appui financier et les difficultés d’accès des femmes aux crédits agricoles ont amené beaucoup de femmes à abandonner. En réalité pour réduire la pénibilité du travail, il est nécessaire d’acquérir par exemple une motopompe  (dont l’installation revient à environ 450.000F) pour l’arrosage. Il n’est pas évident d’utiliser chaque jour un arrosoir manuel pour arroser des centaines de planches. Beaucoup de femmes finissent pas en tomber malade et à défaut de se procurer une motopompe faute de moyens financiers, abandonnent.

Femme Agriculture Développement Rural: Quelles sont les valeurs que vous pratiquez dans votre vie et dans votre travail de tous les jours ? 

Je suis de nature humble et très ouverte au monde. Malgré mes expériences dans le maraîchage, je ne me prends pas pour une incontournable. Je suis toujours prête à apprendre des autres, de même que prête à partager mes expériences. J’ai un grand sens de l’honnêteté et de la solidarité.

Femme Agriculture Développement Rural: D’après votre expérience, le métier de maraîchage est – il rentable ? 

Les demandes deviennent de plus en plus grandes avec la pression démographique. Aucune mévente sur le site n’a été encore enregistrée, ici les acheteurs (en gros comme en détail) s’alignent en fil. Nous faisons de bons chiffres d’affaires. La période des fêtes de fin d’année, le mois du Ramadan et le temps de Pâques sont les moments de grandes recettes. Nous faisons en ces périodes jusqu’au triple de nos chiffres d’affaires.

Femme Agriculture Développement Rural: Avez vous un mot à l’endroit des femmes passionnées par le maraîchage mais qui hésitent encore ?

Le maraîchage leur permettra d’assurer la sécurité alimentaire de leur famille y compris celle de leur communauté et d’être autonome  financièrement. Et je pense que ce sont les deux grands rêves de la femme : le bien être de ses proches et son indépendance financière. Les femmes doivent donc s’y accrocher, çà vaut le coût.

SAM_2593

6 réponses à “Autonomie financière des femmes grâce aux maraîchages

  1. BALALE Olatokoun Zacharie

    Je suis du même avis que vous. Il faut aussi ajouté que le non accès des femmes à terre (surtout dans les milieux ruraux) est également un des majeur problème que rencontrent les femmes. Cela fait qu’elle n’arrivent pas à accéder au crédit, faut de garantie dont elles disposent pas. C’est ce état de fait qui explique leur manque de manque de moyen financière.

    • Les difficultés d’accès à la terre et au crédit agricole deviennent de plus en plus sérieux au Bénin . Elles limitent beaucoup de femmes dans l’exercice de leur métier d’ agricultrice. A votre avis quelles sont les mesures à prendre pour faciliter l’accès des femmes aux facteurs de production agricoles (la terre, le crédit agricole, les intrants etc) et même la formation? Vos suggestions sont attendues?

      • Rustique AKODOGBO

        Il est généralement admis que l’accès aux facteurs de production agricoles des femmes est limité comparativement à celui des hommes. C’est bien dommage parce que les femmes sont aussi des actrices du développement rural et elles jouent parfaitement leur rôle. Si elles parvenaient à avoir un accès amélioré je crois qu’elles feraient plus qu’elles en font maintenant. A mon avis, je crois fermement que les femmes devraient se mettre plus en groupe. L’approche coopérative ou groupement est une formule qui leur marcherait. S’il est vrai qu’elles ne disposent pas autant de moyens que les hommes, il leur suffit de se mettre en coopérative pour mettre en commun leurs avoirs et ceci leur permettra d’avoir du poids. Je pense qu’il faut amener les femmes agricultrices vers cette formule. Comme on le dit toujours 1+1>3 (toujours). Elles gagneront beaucoup en se mettant en coopératives. Des exemples palpables et réussis existent où des femmes se sont mises en coopérative pour faire avancer leurs activités. Ceci est valable pour l’acquisition de tous les facteurs de production (terre, intrants, crédit, etc..). Les services financiers sont plus confiants quand il s’agit d’une association ou coopérative qui vient présenter un dossier pour contracter un crédit. Nous devons arriver à inculquer les principes coopératifs aux femmes agricultrices.

      • Merci Rustique, je trouve votre suggestion vraiment pertinente. Organiser les femmes en coopérative faciliterait vraiment l’accès des femmes aux crédits agricoles. Je pense que des actions doivent être mener dans ce sens pour plus d’implication des femmes dans le développement agricole et rural.

  2. J’ai surtout apprécié la manière dont tu as abordé la question de crédit et surtout crédit adapté à l’agriculture au niveau des femmes. Le chemin que j’ai fais dans le développement rural jusqu’à ce jour me montre que les femmes souffrent énormément quand il s’agit de crédit agricole contrairement à leurs consœurs vendeuses de tissus et autres au marché. Je pense qu’au Bénin, la création de Banqua Agricole verra jour pour le bonheur de ces braves femmes !!!

  3. Sans les femmes, le monde n’a pas de sens et encore sans les femmes qui entreprennent, il n’existe pas d’équilibre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s